Les traitements des fibromes

 

 

Voici les traitements aussi bien chirurgicaux que médicamenteux que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors de mes nombreux rendez vous, mais surtout lors de mes recherches sur internet. Ces traitements sont plutôt des solutions pour gérer les symptômes provoqués par les fibromes qu’une réponse définitive et sans séquelle pour se débarrasser de ces tumeurs bénignes (sauf pour les ultrasons mais c’est tout récent).

 

Avant de prendre une décision, écouter votre instinct et vos besoins. N’oubliez pas que :

-          Cette tumeur est bénigne et que sans symptôme, elle n’a pas besoin d’être retirée

-          Elle n’empêche pas d’avoir des enfants, sauf complication. Vous aviserez le moment venu. Une opération chirurgicale pour enlever le fibrome peut laisser des tissus cicatriciels qui eux, pourront plus vous empêcher d’avoir des enfants que le fibrome seul. De plus, les fibromes peuvent repousser après l'opération.

-          A la ménopause, elle diminuera d’elle-même par la réduction naturelle de la production d’hormones du corps. 

-          Si vous avez des symptômes, essayer d’abord les traitements médicamenteux et les médecines naturelles pour les gérer.

-          Et si vraiment vous devez vous faire opérer, prenez plusieurs avis et trouver quelqu’un de confiance qui prendra le temps de tout vous expliquer et tiendra compte de vos peurs et interrogations. Vous ne devez pas être un numéraux qu’on charcute et qu’on renvoie chez elle, merci au revoir!

 

 

 

TRAITEMENTS

 

INCONVENIENTS

AVANTAGES

Hystérectomie : ablation de l’utérus. Cette opération est proposée dans les cas extrêmes où les fibromes sont trop nombreux et/ou trop gros pour être gérés.

- opération lourde entrainant la stérilité et difficile à gérer psychologiquement

- douloureux : besoin de morphine

- 3 à 5 jours d’hospitalisation et 1mois d’arrêt

- 2% de complications graves : hématomes, plaies de la vessie, phlébites

- disparition complète des fibromes sans risque de récidive

 

Myomectomie : ablation du fibrome. Elle peut se faire soit par :

 

hystéroscopie : on passe par voie basse  mais cela dépend de la taille (moins de 4cm) et de la localisation du fibrome.  

 

cœlioscopie avec une laparotomie : on passe par une ouverture sur le ventre.

 

- n’empêche pas la réapparition des fibromes

 

 

- peut laisser des tissus cicatriciels présentant des risques pour les futures grossesses

 

 

- cicatrice sur le ventre

- cicatrice sur l’utérus nécessitant parfois une césarienne pour un futur accouchement

- hospitalisation de 3 à 5 jours

- convalescence beaucoup plus longue, minimum 1mois

 

 

 

 

- évite les cicatrices sur le ventre

- opération réalisée dans la journée

- convalescence beaucoup plus courte

 

Embolisation des artères utérines : on place des petites billes dans les artères qui alimentent le fibrome. Ce dernier n’étant plus vascularisé, c'est-à-dire alimenté en sang, se nécrose et meurt.

 

 

- 15% de récidives demandant une nouvelle intervention

- très douloureux dans les jours qui suivent puisqu’il y a besoin de morphine

- arrêt de travail d’une semaine

- déconseillée pour les futures grossesses

- intervention peu invasive puisqu’on passe par l’aine

- se fait en une journée

- anesthésie locale

 

Traitement par ultrasons nommé « ExAblate » : fait dans un appareil à IRM, on envoie à travers la peau des ultrasons focalisés directement et uniquement sur le fibrome

- non remboursée

- n’est pas pratiquée partout

- il ne faut pas avoir l'utérus rétro versé

- dépend de la localisation du fibrome

- non invasif

- aucune cicatrice ni externe ni interne

- l’intervention dure 3h

- presque aucune douleur

- pas d’anesthésie

 

Esmya : traitement d’un comprimé par jour pendant trois mois avec interruption entre chaque mois qui bloque les règles et module les récepteurs de la progestérone. Traitement préopératoire.

- le fibrome regrossit après

- non contraceptif

- effets secondaires comme la ménopause selon les patientes

- traitement remboursé seulement pendant 3mois, au-delà c’est presque 150€ la boîte

- sur le marché depuis seulement 4ans

- épaissit l’endomètre et peu provoquer des complications selon les patientes

- Traitement suspendu depuis le 9 février 2018 pour cause de graves problèmes hépatiques

- réduit le fibrome

- diminue voir stoppe les saignements

Lutéran = acétate de chlormadidone comprimé de progestérone (progestatif) qui met l’utérus au repos et peut assécher le fibrome. Il bloque les œstrogènes ce qui nous met en équivalent de ménopause.

Lutényl et Duphaston sont d’autres traitements du même type

- spottings (petits saignements de temps en temps et lors des rapports)

- baisse de la libido

- sécheresse vaginale

- insomnie

- dépression

- diminution des seins

- augmentation du ventre

- peut augmenter les fibromes ?

 

- pas de règle

- pas de douleur

- contraceptif

- humeur constante si vous prenez le comprimé le soir

- disparition des douleurs des seins

- diminution des effets secondaires négatifs après quelques mois

- diminution voir arrêt des spottings si vous le prenez 21 jours/arrêt 7 jours

- peut diminuer les fibromes ?

Exacyl : anti-hémorragique

- n’arrête pas les saignements

- diminue les hémorragies

Andatys : anti-inflammatoire

 

- antidouleur efficace

 

Médecines naturelles : acuponcture, étiopathie, homéopathie, ostéopathie, plantes…

- à adapter selon les patientes

- réussite non assurée

- non remboursée

- permet de gérer mieux les effets secondaires des traitements et les symptômes dus au fibrome

 

 

L.M. 28/07/18

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0