Je ne suis pas médecin et chaque situation médicale est unique. Mais écoutez votre instinct ! Faite vous confiance ! La médecine est pratiquée par des êtres humains qui sont par définition imparfaits et peuvent se tromper. Chaque médecin aura ses préférences de traitement qui pourront ou pas vous convenir : certains sont pour une intervention chirurgicale systématique, d’autres travaillent en lien avec la psycho somatisation et prennent en compte la psychologie de leur patient, d’autres utilisent les médecines naturelles… Et comme l’erreur de diagnostique peut toujours arriver, demandez toujours deux ou trois avis avant de prendre une décision. Surtout quand ça concerne votre utérus !

 

Maintenant que je vous ai dit cela, je vais vous présenter les différents « traitements » qui m’ont été proposés ou que j’ai trouvés dans mes recherches. En effet, tous les médecins que j’ai vus ne m’ont pas tous parlé des différentes possibilités qui existent pour « traiter » un fibrome. Je mets « traiter » entre guillemets car il faut savoir qu’à l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement à proprement parlé contre les fibromes qui peuvent nous en débarrasser une bonne fois pour toute sans séquelle.

 

Quels sont les traitements à notre disposition ?

Le tout premier qui m’a été proposé, c’est la myomectomie. Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui enlève le fibrome. Comme je n’ai pas encore eu d’enfant, pour me laisser la possibilité d’en avoir, le médecin a évité de me proposer l’hystérectomie. Cette opération consiste en l’ablation de l’utérus. Rien que ça ! L’avantage, c’est que l’on ne risque pas de récidive, contrairement à la myomectomie qui n’empêche pas l’apparition de nouveau fibrome.

 

La myomectomie peut se faire de deux façons différentes :

-          soit par hystéroscopie : on passe par voie basse, ce qui évite les cicatrices sur le ventre et une convalescence beaucoup plus courte, mais cela dépend de la taille (moins de 4cm) et de la localisation du fibrome. L’opération réalisée, on peut sortir dans la journée.

-          soit par cœlioscopie avec une laparotomie : on passe par une ouverture sur le ventre. Il y a dans ce cas une cicatrice et il faut une hospitalisation d’environ 3 à 5 jours. La convalescence est beaucoup plus longue, minimum 1 mois.

 

Lorsque ma nouvelle gynéco m’a annoncé ça, le monde s’est comme écroulé autour de moi. Je ne supporte pas d’être auscultée, et là, j’allais devoir me faire opérer ?! Ce n’était pas possible ! Vu ce que le médecin m’avait dit aux urgences, j’ai insisté pour demander si on ne pouvait pas d’abord me changer de pilule pour voir si les douleurs et les saignements ne pouvaient pas être stoppés autrement que par une opération. Si ce n’était pas seulement un dérèglement hormonal. Il n’y a rien eu à faire. La gynéco ne voulait rien me prescrire. Pour elle, tout était dû au fibrome et je devais passer une hystéroscopie.

 

J’ai demandé l’avis à une deuxième gynéco qui m’a dit la même chose.

 

Lorsque j’ai rencontré le chirurgien, vu la taille de mon fibrome de 4cm, il m’annonce que je dois le faire réduire pour bénéficier de la chirurgie par voie naturelle en prenant un traitement de 3 mois : Esmya. Ce traitement va réduire le fibrome. Il n’est pas contraceptif et ne peut pas être pris en même temps que des contraceptifs. Ce médicament est récent sur le marché, environs 4 ans. Il n’est remboursé que pendant 3 mois, si on doit le prendre plus longtemps, c’est à nos frais, à presque 150€ la boîte pour un mois, ça fait mal. Et lorsque je demande quels sont les effets secondaires, on me répond qu’il n’y en a presque pas.

 

Quand je ressors de ce rendez-vous avec cette prescription, je suis effondrée. Je ne veux pas prendre un médicament dont on ne connait pas sur le long terme les effets secondaires sur mon corps. Et je tiens à rester sous contraceptif oral. Je fais donc des recherches sur ce médicament. On lit tout et son contraire. Certains articles très positifs disent :

-          qu’il n’y a aucun effet secondaire et aucune conséquence sur la fertilité.

D’autres au contraire disent :

-          qu’il épaissirait l’endomètre et qu’on ne sait pas les conséquences sur la fertilité sur le long terme,

-          qu’il provoque les mêmes symptômes que la ménopause,

-          et dès qu’on arrête le traitement, le fibrome regrossit.

 

J’ai bien peur que tout cela ne soit encore une question d’argent et que dans plusieurs années on nous apprenne les effets néfastes de ce traitement.

 

Je décide donc de refuser l’opération, et je me donne 6 mois pour trouver une autre solution.

 

J’ai écrit cet article le 13 août 2017. Le 14 février 2018 (joyeuse Saint Valentin !), je recevais un mail de l’association Fibrome Info France me prévenant que le traitement Esmya était suspendu depuis le 9 février 2018 pour cause de graves problèmes hépatiques ! Comme quoi, j’ai eu raison de suivre mon instinct …

 

 

Je recherche alors des solutions du coté de la médecine naturelle : plantes chinoises, homéopathie, acuponcture, magnétiseur… Je lis beaucoup de témoignages qui me donnent de l’espoir. Mais les prix des praticiens sont excessifs. Je finis par trouver une acuponctrice aux tarifs raisonnables et qui m’assure de pouvoir venir à bout de mon fibrome en 9 mois. Qu’il faut que j’arrête de m’inquiéter, que ce n’est rien du tout. Au début, tout se passe bien. Mais quand mes règles refusent de s’arrêter, mon acuponctrice me lâche, me dit que je ne supporte pas son traitement et qu’il faut que je retourne voir un gynéco.

 

Lors de mes hémorragies, je ne sais pas quoi faire. Que ce soit aux urgences ou ma gynéco, personne ne m’a dit quoi faire quand cela m’arrive. Après que cela me soit arrivé à mon travail, je suis allée voir mon médecin traitant car je ne pouvais plus continuer ainsi. Il m’a prescrit Exacyl. Dans la demi-heure, l’hémorragie est diminuée. Les saignements ne sont pas stoppés mais la situation est beaucoup plus gérable avec l’aide de ce médicament. Quand aux douleurs, Antadys est vraiment bien car le paracétamol ou l’ibuprofène traditionnel ne font pas le poids face à de telles contractions de l’utérus.

 

Je recherche alors des plantes chinoises qui pourraient stopper les saignements et réduire le fibrome. Je trouve une super adresse, je prends une décoction immonde à en vomir, mais qui fonctionne… 5 jours. Cinq jours de répit où j’ai l’impression de renaître sans ses règles permanentes. Mais si je souhaite traiter le fibrome de cette façon, c’est encore très cher, non remboursé, sans garanti que cela fonctionne, sans surveillance médicale. Et c’est tellement dégoutant à boire que rien que d’y penser j’en ai de nouveau envi de vomir.

 

Je recherche donc un nouveau gyneco qui prendrait en compte les médecines naturelles. Et je trouve une perle rare qui non seulement utilise l’acuponcture, mais qui en plus est spécialiste dans la psycho somatisation. Seulement voilà, c’est un homme. Je l’appelle et il prend le temps de m’expliquer ce qu’il peut faire pour moi avant de me laisser le choix de prendre rendez vous. Il a su me mettre en confiance alors je me lance. Mon premier rendez vous avec ce monsieur a duré 1 heure et a été une vraie bénédiction ! Heureusement parce qu’à 100€ la consultation remboursée 25, ça fait mal encore. Il fait le point sur moi depuis mon enfance afin de prendre en compte tous les paramètres psychologiques qui peuvent intervenir dans le développement de ce fibrome. Pour faire court, ce fibrome a été créé par mon utérus pour compenser un désir inconscient d’avoir un enfant. Et le deuil de ma précédente relation en a déclenchés les symptômes. Je vais devoir donc faire un travail avec une thérapeute pour en faire le deuil. Maintenant, médicalement parlant, le médecin m’explique enfin toutes les possibilités qui existent pour gérer mon fibrome :

-          l’hystérectomie

-          la myomectomie

-        l’embolisation des artères utérines : on place des petites billes dans les artères qui alimentent le fibrome. Ce dernier n’étant plus vascularisé, c'est-à-dire alimenté en sang, se nécrose et meurt. L’intervention est peu invasive puisqu’on passe par l’aine et se fait en une journée. Mais cela est très douloureux dans les jours qui suivent puisqu’il y a besoin de morphine et d’un arrêt de travail d’une semaine. Et cela est peu recommandé quand on n’a pas encore eu d’enfant.

Et là, j’entends pour la première fois ce que mon instinct me dit depuis le début :

Il ne faut surtout pas vous opérer tant que vous n’avez pas eu d’enfant car les interventions chirurgicales ne sont pas sans risque, elles peuvent laisser des tissus cicatriciels qui pourront être un frein pour une futur grossesse. Vous pouvez parfaitement être enceinte avec un fibrome ! On envisagera l’opération que si vous rencontrez des difficultés pour avoir des enfants.

 

Là je vous jure, j’ai eu envi de sauter au cou du médecin ! J’avais eu raison de refuser l’opération. Bon maintenant, faudrait quand même faire quelque chose pour que mes règles s’arrêtent. 1mois et demi de saignements, j’en peux plus !

 

Mon gynéco me demande donc de passer un IRM pour bien cerner mon fibrome. L’IRM est sans douleur, non intrusif et est parfaitement suffisent. Ma gynéco du début voulait que je passe une hystéroscopie : on vous passe une caméra par l’utérus, sans vous endormir, et il y a des risques de complications pouvant aller jusqu’à la paralysie !!! Et il fallait que je demande une faveur pour être anesthésié !!! Cela fait parti des examens qui sont une pure violence gynécologique, surtout quand on sait que l’IRM existe et est tout aussi précis, même plus précis puisqu’il permet de détecter les 3 types de fibromes (cf. l’article sur le dépistage) tandis que la caméra dans l’utérus ne permet de voir que les fibromes sous muqueux.

 

Il me prescrit aussi du Lutéran qui, prit pendant 21 jours de suite avec un arrêt de 7 jours, comme une pilule, est contraceptif. Ce médicament met mon utérus au repos pour stopper les saignements et il peut diminuer la taille de mon fibrome. Il existe d’autres traitements de ce genre : le Lutényl et le Duphaston. Mais le plus courant et le mieux toléré est le Lutéran. Tout dépend des patientes. Sachez que le Lutéran n’est plus commercialisé en France et que l’on ne trouve plus que son générique : acétate de chlormadidone. Mais on a de la chance car ce médicament n’existe qu’en France !!! La médecine a quand même du bon…

 

Je commence donc le Lutéran pleine d’espoir. Malheureusement, au bout de 7 jours aucune amélioration. Toujours ces maudites règles en continu et même un nouvel épisode hémorragique. Je décide donc d’appeler mon ostéopathe. J’avais lu qu’il était possible d’intervenir sur les symptômes du fibrome par régulation énergétique et hormonale. Mais tous les ostéopathes n’ont pas cette corde à leur arc. Heureusement mon ostéopathe s’y connait. Je vais donc la voir et le soir même les saignements s’arrêtent ! Enfin ! Après 43 jours non stop (sans compter les 5 jours d’arrêt grâce aux plantes chinoises) !

 

Ayant eu mes règles pour 8 mois d’avance, je décide de ne pas écouter mon gyneco et de prendre mon traitement en continu. J’ai trop peur de saigner à nouveau et que cela ne s’arrête plus. On m'a quand même expliqué que le fibrome déforme mon utérus et l'empêche de fonctionner normalement. Donc tant que le fibrome n'a pas réduit significativement, je refuse d'avoir mes règles. Je demande bien sur l’avis à une autre gynéco qui me dit que j’ai tout à fait raison de le prendre en continu sans aucun risque.

 

Je vis donc sous Lutéran depuis 6 mois maintenant. J’ai eu beaucoup d’effets secondaires que j’ai du gérer avec l’aide de mon ostéopathe. J’en parlerais  dans un autre article. Mais dans l’ensemble cela va beaucoup mieux.

 

Au bout de 5 mois j’ai du repasser une échographie pour voir si le Lutéran assèche comme prévu mon fibrome. Une fois de plus, nouvelle déception. Mon fibrome a pris un bon centimètre en plus en 5 mois ce qui est énorme puisqu’avant il prenait moins d’un centimètre par an. Mais il a aussi commencé à se nécroser par endroit. On ne sait donc toujours pas si le traitement fonctionne sur moi au pas. Le résultat n’est pas garantit. Et mon gynéco me demande de réfléchir à l’opération et de refaire une échographie dans 5 mois.

 

Je suis tombée par hasard sur un article du Dr Philippe Bouchard qui explique que la progestérone nourrit aussi le fibrome. Je suis donc complètement en panique puisqu’on me dit de prendre depuis 6 mois de la progestérone à haute dose (10mg /jour, soit presque 100 fois plus que dans les pilules contraceptives) et qu’au vu de la dernière échographie, mon fibrome continue à grossir. Aurais-je du finalement me faire opérer ?

 

J’en parle donc avec mon médecin traitant. Il m’explique qu’on n’avait pas le choix pour faire face aux symptômes provoqués par le fibrome. Le Lutéran est le seul médicament qui existe sur le marché qui met mon utérus au repos pour éviter les saignements et selon les patientes, ce médicament « peut » assécher le fibrome. Il faut attendre et voir si cela fonctionne. En ce qui concerne l’opération, vu qu’il a grossi, je demande à partir de quand est-on obligé d’opérer un fibrome ? Et là, il m’explique qu’on n’opère pas un fibrome chez une jeune femme qui n’a pas encore eu d’enfant. Que chaque opération comporte des risques et peut laisser des séquelles pour les futures grossesses. Les fibromes étant bénins, on ne les opère que si les traitements médicamenteux ne parviennent plus à gérer les symptômes. Et comme à la ménopause, les fibromes régressent naturellement, l’opération est donc très rare. J’ai donc pris la bonne décision et je suis peux continuer le Lutéran. C’est à ce jour la meilleure solution qui existe en médecine.

 

Mais je viens de tomber sur un article qui parle du traitement des fibromes par ultrasons focalisés. Il se passe à l’intérieur d’un appareil à IRM et dure environ 3 heures. Ce n’est pas encore remboursé par la sécurité sociale et tous les hôpitaux ne le pratique pas. Mais cette intervention est non invasive, donc aucune cicatrice, et sans anesthésie. Seul des antidouleurs sont prescrits et c’est l’affaire d’une journée ! Un traitement très prometteur qui laisse enfin de l’espoir !

J’ai donc envoyé en septembre 2017 mon dossier au CHU de Bordeaux au Professeur Trillaud. En quelques semaines j’ai obtenu une réponse malheureusement négative pour moi puisque je ne peux bénéficier de cette intervention par ultrason avec l’utérus rétro versé (ou rétro fléchi). En temps normal, l’utérus est vers l’avant, juste au dessus de la vessie. Le mien est basculé vers l’arrière avec des interpositions digestives entre la paroi et le fibrome qui empêche le passage des ultrasons. Cette réponse m’a beaucoup attristée mais j’ai apprécié d’avoir obtenu une réponse aussi précise, claire et rapide par ce professeur à Bordeaux. Son courrier me donnait même d’autres pistes à suivre comme l’embolisation et l’adresse de l’association Fibrome-Info-France que je connaissais pour être aidée.    

 

 

L.M. 30/07/18

 

Commentaires: 11
  • #11

    Marion (mercredi, 20 juin 2018 15:34)

    Oui pardon, j'ai oublié de le préciser. Je n'ai plus les dimensions exactes en tête mais ceux présents dans l'utérus mesurent environ 3 cm et celui à l'extérieur environ 5 cm. Ce ne sont pas des monstres, mais pour autant les plus petits ont été très contraignants.
    Je te rejoins concernant l'opération et je pense que je n'aurais pas pu franchir le pas en sachant que je prenais un risque pour une solution temporaire.
    Tes rendez-vous avec les ostéopathes ont déjà donné des résultats sur toi?

  • #10

    LM (mercredi, 20 juin 2018 15:14)

    Encore une fois merci pour ces échanges et tes réponses rapides. Par contre connais tu la taille de tes fibromes? Tu ne l'as pas précisé dans ta réponse.
    En ce qui concerne l'opération j'ai toujours été contre car c'est une phobie absolue pour moi. Donc cela m'arrange d'écouter les médecins et témoignages qui me confortent dans l'idée d'éviter cette opération pour préserver ma fertilité et qu'on n'opère pas tant que je n'essaye pas d'être enceinte et qu'il n'y a plus d'hémorragie. Mais il m'est arrivé de repenser à cette option pour être tranquille et retrouver une vie plus libre. Mais je sais que ce n'est pas une bonne idée alors je continue de tout faire pour l'éviter et gérer les effets secondaires de cette situation. D'autant plus qu'une fois opéré, le fibrome peut repousser ! Donc l'opération,en plus d'être risquée n'est même pas une solution définitive! Donc non merci �
    N'hésite pas à continuer tes retours sur le blog c'est génial de te lire!

  • #9

    Marion (mercredi, 20 juin 2018 14:37)

    Merci pour ta réponse et tes mots :) J'espère en effet que cela pourra rassurer certaines lectrices. Alors mes fibromes sont au nombres de 3, dont un à l'extérieur de l'utérus donc peu gênant, un au fond de la cavité et un à l'entrée mais inaccessible pour être opéré. C'est d'ailleurs lui qui me causait le plus de problèmes car il se trouve collé à la paroi utérine et me provoquait mes hémorragies. La grossesse est intervenue un mois après l'arrêt de Esmya, et depuis aucune perte de sang à déclarer. La grossesse les a comme figés. Je redoute par contre la suite... Je ne manquerai pas de faire un retour ici !

    Je suis désolée de lire que de ton côté tes soucis ne se sont pas améliorés. J'espère de tout coeur que tes hémorragies vont se calmer en essayant cette nouvelle prise du luteran. C'est toi qui as décidé de ne plus te faire opérer? Ou est-ce sur recommandation médicale?

  • #8

    LM (mercredi, 20 juin 2018 12:31)

    Bonjour Marion! Quelle joie de lire ton message et merci de le partager sur ce blog ! Ton témoignage va donner de l'espoir à beaucoup de femmes! Peux tu me redire combien tu avais de fibromes, leur localisation et leur taille avant d'être enceinte?
    En ce qui me concerne malheureusement je n'ai obtenu aucune réduction du fibrome. Cela m'a beaucoup démoralisée. Je repasse une échographie début juillet et je vais arrêter le luteran en continu pour le prendre 21 jours et arrêt 7 jours comme une pilule pour réduire la quantité d'hormones. Je n'avais pas osée en février de peur d'avoir de nouveau des hémorragies. Aujourd'hui j'ai plus confiance en mon corps et l'opération n'est plus du tout à l'ordre du jour même si le fibrome a fait basculer mon utérus sur la droite me provoquant des douleurs à la hanche. Je travaille aujourd'hui avec des osteo pour régler le problème. Voilà tu sais tout ! Je vais essayer cet été de mettre à jour mon blog.
    En tout cas merci encore pour ton retour sur ton expérience très positive! Au plaisir de te lire !

  • #7

    Marion (mercredi, 20 juin 2018 10:59)

    Bonjour!

    C'est un peu tard que je te réponds, et je te prie de m'en excuser. Il se trouve que le début d'année a été très très riche en émotions puisque je suis tombée enceinte :) Je suis actuellement à 6 mois de grossesse et tout se déroule bien. Mes fibromes n'interfèrent pas avec ma grossesse et c'est un gros soulagement.
    De ton côté tu devais avoir des résultats en janvier, qu'en est-il? J'espère lire des bonnes nouvelles !

    Bonne journée :)

  • #6

    LM (mercredi, 13 décembre 2017 20:19)

    Ne t'inquiète pas ta question sur la grossesse est tout à fait légitime. Mais merci pour ta délicatesse. Je vais pouvoir te répondre. L'opération qu'on me propose consiste "seulement "à enlever le fibrome. Il est hors de question qu'on me retire mon utérus. Même si je ne suis pas sûr de vouloir des enfants je veux me laisser ce choix possible. Je te tiendrais au courant des résultats en janvier. Si tout ce que j'ai fait a marché je compte bien le crier partout afin d'aider un maximum de femmes!!!
    Je comprends très bien ton besoin d'en parler en permanence je ressens la même chose. Et en même temps on ne veut pas ennuyer et on a un peu honte de vivre tout ça. Les témoignages m'ont beaucoup aidé au début quand j'ai eu des hémorragies. Aujourd'hui je souhaite que ce blog puisse aider et si ça te soulage d'écrire et de poser des questions n'hésite pas. Internet peut avoir du bon. Puis je te demande quels sont tes symptômes au quotidiens? Si tu souhaites faire réduire tes fibromes et leurs effets secondaires je te conseille de prendre rendez vous avec Peggy Limosin,mon etiopathe à Paris. C'est une femme formidable qui m'a changé la vie. Elle est très à l'écoute, ça te fera du bien de lui parler et ses massages du ventre aident énormément!!! Seul hic c'est 60 euros la séance non remboursée par la sécu. Mais si tu as une bonne mutuelle qui rembourse la médecine naturelle elle te fera une facture. Mais la santé n'a pas de prix.
    Si tu veux que nous parlions plus longuement tu peux me contacter sur facebook en MP. Préviens moi sur ce site si tu comptes le faire car je n'y vais pas très souvent.
    Tiens moi au courant de la suite aussi pour toi. Au plaisir de te lire!

  • #5

    Marion (mercredi, 13 décembre 2017 12:22)

    Je viens de relire un de tes commentaires laissé à une autre personne dans lequel tu parles d'opération en juillet 2018. Je suis désolée je n'avais pas fait attention à ce message. Par opération tu parles de quoi? L'hystérectomie?
    Je suis navrée de t'avoir posé la question sur la grossesse si c'est le cas...

  • #4

    Marion (mercredi, 13 décembre 2017 11:37)

    Merci pour ta réponse rapide! C'est agréable de pouvoir échanger sur ce sujet. Il est vrai que j'ai besoin d'en parler mais cela reste compliqué quand les gens autour de soi ne sont pas directement touchés par le problème. Et je n'ai pas non plus envie de les ennuyer avec mes inquiétudes qui sont pourtant bien présentes quotidiennement. Mon conjoint est très à l'écoute mais pareil, je ne veux pas lui communiquer tout mon stress sur le sujet.
    Je n'ai jamais pensé à essayer les méthodes dont tu parles et je serais curieuse d'avoir ton retour en janvier pour savoir si cela a fonctionné !
    Concernant le livre, je n'en avais jamais entendu parler mais du coup j'ai bien envie de le lire comme tu me le conseillers, et voir si j'y trouve des réponses.

    Enfin, merci pour tes mots rassurants au sujet de la grossesse. J'ai bon espoir que ces fibromes n'interfèrent pas avec ce projet. As tu de ton côté un projet de grossesse?

  • #3

    LM (samedi, 09 décembre 2017 10:15)

    Et j'ai oublié de te dire Marion, j'ai rencontré une femme médecin qui a eu un fibrome et elle a pu avoir un bébé sans problème. Le fibrome a même disparu avec sa grossesse ! Tout est possible en gynécologie! Garde espoir!

  • #2

    LM (samedi, 09 décembre 2017 09:57)

    Merci beaucoup pour ton retour Marion. Pour stopper les saignements moi je prends le Lutéran et ça marche très bien. On me conseille Esmya pour réduire mon fibrome et je trouve très intéressant d'apprendre que pour toi ça n'a pas marché. Pour faire réduire mon fibrome je travaille depuis quelques mois avec une etiopathe qui me fait des massages du ventre et me donne un exercice à faire chez moi. Je prends aussi de l'homéopathie. Je travaille avec une magnetiseuse et j'ai fais un gros travail psychologique. Tu devrais lire le livre Femme désirées femme désirante du Dr Daniele Flaumenbaum. Tu y trouverais peut etre des reponses a tes questions:pourquoi toi? Car il y a une explication propre a chacune.
    Je verrais en janvier si tout ce que j'ai fait a marché.
    N'hésite pas si tu as besoin d'aide. Ce blog est la pour ça !

  • #1

    Marion (samedi, 09 décembre 2017 00:47)

    C'est passionnant de te lire et d'avoir ton retour d'expérience. J'ai 28 ans et j'en avais 27 quand on a découvert ces maudits fibromes, et bien sûr je n'ai aucun enfant. L'annonce a été un véritable choc, j'ai paniqué et pensé tout de suite au pire. Pourquoi moi et pourquoi si jeune ? Je ne cesse de me demander si j'aurai des enfants un jour. Ma gynécologue a refusé de m'opérer pour les raisons que tu évoques, d'autant plus que l'un de mes fibromes est très mal placé et une opération entraînerait un risque de dommage sur la paroi utérine.
    Contrairement à toi j'ai tout de suite foncé sur Esmya. Je n'en pouvais plus de ces saignements continus, j'étais épuisée physiquement, à deux doigts de l'anémie, et moralement. Esmya a été une véritable bouffée d'air frais puisque ça a stoppé radicalement les saignements. J'ai pris le traitement pendant deux fois trois mois. J'avoue ne pas m'être trop posé la question des effets à long terme...
    Je viens de terminer il y a 2 semaines et les saignements ont repris depuis 2 jours mais ce sont peut être juste des règles.
    Esmya est en revanche peu efficace sur la réduction des fibromes. Les miens n'ont quasiment pas bougé (le plus gênant a diminué de 2mm à peine).
    Maintenant je ne prends plus rien, nous avons décidé avec ma gynécologue de laisser faire pour voir si mes cycles redeviennent normaux ou non. Je croise les doigts.
    En tout cas merci encore une fois d'avoir créé ce site, pouvoir lire et échanger avec d'autres personnes dans le même cas est vraiment un soulagement.